En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Exposition temporaire - A tous les goûts

Septembre 2018 à décembre 2019 - Niveau CE1 à 3ème

Vous pensez que le goût est soit sucré, salé, amer ou acide. Coup de théâtre ! Ce sens si particulier et complexe ne peut se réduire à ces quatre adjectifs beaucoup trop réducteurs.

En suivant la chronologie d’une dégustation au travers de nombreuses expériences, testez vos papilles, interpellez l’ensemble de vos 5 sens et découvrez la richesse des stimulations gustatives.

PARCOURS DE L'EXPOSITION :

LE CABINET DE CURIOSITE : Dès l’entrée, le visiteur est plongé dans l’ambiance particulière d’un cabinet de curiosité. Fioles, vieilles gravures, anciennes encyclopédies nous rappellent les premières interrogations sur le sens du goût.

LA PHYSIOLOGIE : Ce module en forme de bouche propose de découvrir les trois systèmes qui permettent de goûter : La voie gustative, la voie olfactive et la voie trigéminale.

LA VUE : La vue joue un très important rôle d’anticipation avant la dégustation. Elle nous permet, non seulement d’identifier l’aliment grâce à sa couleur, son aspect, sa forme mais aussi de mettre en relation les informations que nous possédons en mémoire avec les caractéristiques sensorielles de l’aliment.

L'OLFACTION : Une même odeur peut, selon notre état, nous mettre en appétit ou au contraire, nous écoeurer. En effet, nous sommes plus réceptifs aux odeurs alimentaires lorsque nous avons faim, par contre, une fois rassasiés, ces mêmes odeurs nous paraissent beaucoup moins appétissantes.

LE TOUCHER : Le toucher revêt également une importance dans l’appréciation des aliments ainsi que dans la préparation de l’image que nous nous faisons de ce que nous allons manger. Choisir les fruits mûrs à souhait aux branches d’un arbre ou dans l’étal des magasins fait appel à notre sens tactile.

L'OUIE : L’audition joue un rôle non négligeable dans la manière de percevoir les aliments avant la dégustation. Déjà, les bruits de cuisine ou d’une salle de restaurant sont interprétés comme une symphonie de plaisirs à venir. Mais l’ouïe nous donne aussi des indications précieuses que nous interprétons comme des signes prometteurs ou décevants de ce que nous allons ingérer.

LA GUSTATION : Le goût, au sens strict du terme, est uniquement la perception des saveurs par les bourgeons gustatifs de la langue mais c’est une sensation rarement éprouvée à l’état pur. En effet, nous percevons simultanément aux saveurs, les arômes, la texture, la température, etc...

L'OUIE INTERNE : Lorsque nous mangeons, par exemple une biscotte, nous percevons très clairement les sons produits par notre propre mastication, ceux-ci étant transmis par la voie osseuse jusqu’à l’oreille interne. Ces sons sont donc relativement différents de ceux que perçoivent au même moment les personnes de notre entourage immédiat qui nous entendent manger.

LA SENSATION TRIGEMINALE : Il s’agit de sensations comme le pétillant, le brûlant, le piquant, le chaud, le froid, la texture, l’astringence, la douleur...Ces informations chimiques, thermiques et tactiles sont véhiculées principalement par le nerf trijumeau qui se subdivise en trois branches innervant entièrement les muqueuses de la face.

LES TEXTURES : Moelleux, râpeux, souple, friable, cassant, gluant, velouté, filandreux, huileux, granuleux, craquant, lisse, onctueux, gras, ferme, gélatineux, pâteux, ... dans notre cerveau, la bouche occupe un tiers de la zone correspondant au sens du toucher. Ceci explique qu’en bouche, il y a une énorme proportion de sensations qui concerne cet aspect.

LA TEMPERATURE : Il existe deux types de sensations relatives à la température, l’une thermique (aliment froid ou chaud), l’autre chimique (menthol, piment, ...). Ces informations thermiques sont véhiculées principalement par le nerf trijumeau.

LA RETRO-OLFACTON : Les sensations en bouche sont principalement rétro-olfactives, en effet, pour bon nombre d’aliments, le développement aromatique est la principale stimulation de ce que nous appelons « goût ». Les arômes sont perçus par la voie rétro-nasale, c’est à dire que les molécules odorantes diffusent de la cavité buccale vers la cavité nasale et la muqueuse olfactive en passant par l’arrière gorge du dégustateur.

GOUT ET CULTURE : Nous ne mangeons pas tous la même chose, les habitudes alimentaires varient en fonction de la géographie ou de la culture. Certains aliments peuvent paraître délicieux dans certaines parties du monde et dégoûtants dans d’autres.

LES EXPRESSIONS DU GOUT : Il existe énormément d’expressions faisant référence au goût, à la bouche, à la langue, aux saveurs...significatives de l’importance de ceux-ci dans notre quotidien.